Fabienne Rêve - Gagnon

25 février 2021

Virginia Woolf "Journal d'adolescence" (1897-1909)

Virginia a 15 ans quand elle commence son Journal. La première année, jusqu'à fin septembre, elle consigne sa vie tous les jours.

Elle raconte sa vie de jeune anglaise, sa famille -parle beaucoup de son père qu'elle admire et avec qui elle fait de nombreuses promenades dans Londres-, ses enseignements, ses lectures. D'ailleurs, certaines rejoignent les miennes : Charlotte Brontë...

Les périodes de silence sont liées à des drames (les décès de sa soeur, Stella, et de son père, Leslie Stephen) et Virginia fait de nombreuses dépressions qui nécessitent de longues périodes de convalescence.

Ses premières critiques sont publiées en décembre 1904 ainsi que son premier essai sur le presbytère des Brontë à Haworth. Elle commence à gagner sa vie grâce à sa plume.

L'écriture de ce Journal d'Adolescence montre la jeunesse de son auteur, ses rêves et ses blessures. La sensibilité de Virginia face aux évènements les plus proches, est perceptible. Cet écrit montre déjà le talent de l'écrivain en devenir, qui cherche son chemin dans cette existence tout en sachant que l'écriture et la lecture seront les moteurs de sa vie.

Lire ce Journal m'a permis de faire connaissance avec Virginia Stephen qui deviendra Virginia Woolf  en se mariant avec Léonard, grand diariste lui aussi.

Dès les premiers mois lus, j'ai su que cette "amitié littéraire" se poursuivrait encore longtemps...

Virginia Woolf, Journal d'adolescence (1897-1909). Editions Stock, La Cosmopolite, 2008. (498 pages)

Journal-d-adolescence

Posté par bookclub12 à 09:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


23 février 2021

Journal d'écrivain - Février 2021

Dans les prochaines semaines ma vie va s'ouvrir sur un nouveau chapitre. N'ayant aucune visibilité dans le domaine des rencontres avec mes lectrices/lecteurs, le public, j'ai changé mon fusil d'épaule (comme le dit une célèbre expression). J'ai trouvé un emploi qui me permettra d'avoir une rentrée d'argent sûre tous les mois et je poursuivrais en seconde activité l'écriture, avec un ou deux salons/dédicaces ar mois.

Ce changement réalisable que je touche enfin du doigt me donne l'énergie, la joie de vivre que j'avais perdue ces trois dernières années.

La nouvelle sur le Handicap que je compose pour le collectif Une Plume pour vous prend forme chaque semaine. Je vois son évolution, les modifications qui apportent de la matière. Je garde toutes les phases d'écriture : le premier jet, la réécriture (au moins deux à trois fois), les corrections...comme je le fais pour tous mes livres, pour tous les projets d'écriture.

J'ai crée une page Facebook @Fabiebookclub...à la demande de connaissances livresques pour une visibilité supplémentaire. Plusieurs fois, j'ai ouvert des pages mais je me sentais envahie par cette présence accrue que certains recommandent pour être vu.

Depuis plusieurs mois, j'ai choisi de publier le mardi (sur le blog et la Page) et de regarder les publications des autres, de les commenter, une ou deux fois par semaine. Je ne veux plus dépendre de ce mode de communication mais de l'utiliser comme je le veux et non comme il faut faire pour accroître sa notoriété. Je veux garder le plaisir de partager mes passions pour l'écriture et la lecture avec les autres. Je ne suis pas en compétition et je ne passe pas mon temps à comptabiliser le nombre de "j'aime", les "commentaires" et les "partage"...J'ai pris beaucoup de recul par rapport à tout cela, et ma vie respire l'apaisement....

DSCN0402

Posté par bookclub12 à 09:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Robert Bryndza "Jolies filles"

Résumé : Inspectrice aux stups, Erika Foster se retrouve avec son ex-collègue sur une scène de crime : une jeune femme mutilée, retrouvée dans une benne à ordures. Erika veut cette enquête et arrivera à ses fins.

Un serial killer repère ses victimes sur une application pour célibataires, ces dernières qui espèrent le prince charmant vont vite déchanter face à ce psychopathe.

408 pages. Traduit de l'anglais par Chloé Royer.

Mon avis : C'est le quatrième roman publié par Robert Bryndza, dans lequel nous suivons l'inspectrice Erika Foster dans une nouvelle enquête. J'aime beaucoup suivre sur plusieurs thrillers un même personnage car cela permet de mieux le connaître. Là, je découvre la plume de l'auteur et la personnalité d'Erika Foster.

Dès les premières pages, je suis embarquée dans cette affaire macabre et trépidante. L'écriture est rythmée, les rebondissements nombreux.

Mon appréciation va aussi vers la psychologie des personnages : criminel, victimes ou celui de l'inspectrice qui veut prouver à ses supérieurs qu'elle est toujours capable de mener à bien son travail, malgré le décès de son époux quelques années auparavant. Erika Foster se donne à son métier et veut croire à un nouveau chapitre heureux, personnel dans sa vie.

Je remercie Claire des Editions Belfond pour cette lecture captivante qui me donne envie de lire les précédents romans de Robert Bryndza et de retrouver Erika Foster dans ses premières enquêtes.

DSCN0401

Robert Bryndza, Jolies filles. Editions Belfond Noir, 2021.

Pour découvrir le site de l'auteur : 

Robert Bryndza's Author Page

Robert Bryndza is an international bestselling author, best known for his page-turning crime and thriller novels, which have sold over four million copies in the English language. His crime debut, The Girl in the Ice was released in February 2016, introducing Detective Chief Inspector Erika Foster.

https://robertbryndza.com

 

Posté par bookclub12 à 09:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 février 2021

Je craque pour les objets autour de l'écriture

J'ai l'écriture en moi au plus profond de mon être, de la simple action d'écrire, à celle de composer des histoires en passant par mon admiration pour le matériel d'écriture.

Quand je vivais dans le Sud de la France, j'ai visité le Musée du Scribe à Saint Christol-lez-Alès qui expose une multitude d'accessoires, en fonction des siècles, autour de l'écriture.

Dans un vide grenier ou une brocante, je peux craquer pour un vieux pupitre d'école (surtout de ma période années 70), un secrétaire, des encriers...Si je possédais une grande maison, je ferais un cabinet de curiosités pour raconter l'histoire de chaque objet.

Lorsque je suis allée à Locronan en 2014, je n'ai pas pu résister en achetant un joli carnet de voyage avec des feuilles anciennes de papier à La Boutique du Poète. L'emballage marron protège encore ce carnet, il est scellé avec un cachet de cire rouge.

J'aime beaucoup les écritoires de voyage, surtout les modèles anglais qui sont raffinés. Il y a quelques semaines dans l'émission Affaire Conclue de Sophie Davant, l'un d'entre eux était présenté, d'une élégance subtile, avec son intérieur en velours violet.

Si je devais me téléporter dans le passé, je me projetterais au 19ème siècle où l'art de la correspondance et de la belle écriture calligraphiée étaient légion. Recevoir une lettre, écrire son journal intime ou composer de la poésie...tout cela avait un sens à cette époque.

Et vous, chers visiteurs, pour quel objet ancien craquez-vous ?

ENCRIER PLUME

Posté par bookclub12 à 09:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

L'Apéro des Caro

Depuis le premier confinement en mars 2020, je suis devenue une adepte des Lives ou Webinaires sur internet pour découvrir un nouvel auteur ou un que je suis. Je vis en campagne profonde loin d'une grande ville et les rencontres avec les écrivains dans le département actuel où je vis, se comptent sur une seule main.

Caroline Noël, blogueuse (Carobookine) et Caroline Vallat, libraire, proposent régulièrement des apéros sur internet. Un auteur présente son dernier livre, des extraits sont lus et les participants peuvent réagir, poser des questions.

Pendant ces rendez-vous conviviaux, j'ai partagé un apéro avec Sandrine Collette et Chrystel Duchamp, une jeune autrice qui présentait son deuxième roman "Le sang des Belasko" (éditions Archipel). Je ne la connaissais pas mais comme je suis une lectrice curieuse, je voulais une première rencontre et cette heure de présentation/discussion m'a donné envie de la lire.

Pour en savoir plus, j'ai posé trois questions à Caroline Noël, mais une Caro peut en cacher une autre c'est Caroline Vallat qui m'a gentiment répondu, avec la première Caro en copie. Ambiance conviviale par messagerie électronique...

Comment est née l'idée des Apéros des Caro ?

Caroline : "Pendant le premier confinement, nous avons beaucoup échangé par Messenger, moi la libraire confinée en banlieue parisienne et Caro, la blogueuse de Mulhouse. Puis, j'ai eu la chance d'être contactée par l'éditeur Mazarine en mai afin d'animer une heure de rencontre autour du thriller de Maxime Girardeau "Persona", et ça m'a tellement plu que j'ai contacté Caro juste après, en lui disant "Allez, on la fait notre émission, c'est le moment !".

Au départ, nous avons souhaité mettre en lumière 4 livres de 4 auteurs que nous adorons et dont les livres (c'était 4 polars) étaient juste sortis avant le confinement. Nous voulions leur redonner de la visibilité parce qu'ils étaient en train de passer à la trappe malheureusement. Nous avons fait notre premier apéro des Caro le 21 mai 2020 avec Benoît Philippon, l'auteur qui nous a fait nous rencontrer à Mulhouse pour la première fois en Octobre 2018, c'était notre lien ! Et nous avons tellement aimé ces moments en live avec les auteurs et les participants que nous avons décidé de continuer et de faire des rencontres autour de nouveautés cette fois-ci, et là nous avons basculé du côté litté !"

Comment choisissez-vous vos invités (ées) ?

Caroline : "Caro lit plus de litté que moi et moi plus de polars mais dès que nous avons un gros coup de coeur, nous nous le faisons lire ! Je lui ai donc fait découvrir Chrystel Duchamp justement, ou encore Jacques Expert et Claire Favan et elle, Lorraine Fouchet, Laurence Peyrin et Jean-Paul Didierlaurent pour ne citer qu'eux ! Ensuite, dès que nous sommes d'accord sur un livre et un auteur, nous le contactons et nous avons la chance de n'avoir que des réponses positives à nos invitations depuis mai ! Nous en sommes désormais à 21 "Apéro des Caro". Nous essayons d'alterner au mieux Apéro polar et litté, auteurs hommes et femmes. Des éditeurs, des auteurs nous sollicitent mais nous voulons garder notre liberté dans le choix et le plaisir de ces rencontres."

Quel livre  vous a plu dernièrement ?

Caroline : "Nous lisons beaucoup et je pense que ne retenir qu'un seul livre qui nous a plu dernièrement est trop dur !. Pour savoir quels livres nous aimons, il faut suivre nos "Apéros des Caro !".

IMG_20210212_110019

 

Photo souvenir des auteurs "class of 2020" des Apéros des Caro

Le lien de la chaîne You Tube pour voir ou revoir les replay des rencontres : 

L'apéro 'On ne va pas se tenir à Caro'

Share your videos with friends, family, and the world

https://www.youtube.com

Je remercie Caroline Noël et Caroline Vallat pour leurs réponses à mes questions, pour ces moments sympathiques avec les auteurs et les livres qui sont des biens essentiels !

 

Posté par bookclub12 à 08:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


09 février 2021

Une page se tourne (chapitre 2)

Je consacre un chapitre à chacun de mes livres :

Le Cirque : Une passion, une vie (2008)

S'aimer encore ? (2009)

L'écriture est la vie (2009)

Les Aventures de Tylane ( 2010) * - Le Noël inoubliable de Tylane (2011)*

Valou le clown a disparu ! (2012)* - Valentin petit clown (2013)*

Je voulais sa peau...et celle des autres (2014)

Trois jours chez George Sand (2016)

Sauvez-moi ! (2019)

J'évoque la genèse de chaque titre, leurs parcours respectifs auprès des lectrices/lecteurs.

Pendant trois ans, j'ai composé des livres jeunesse* (romans, albums) pour toucher un public différent mais surtout, en tant que maman, je voulais écrire pour les enfants. Pendant les salons, selon les régions, j'ai pu constater que ce sont les grands-parents qui achètent de la lecture et que les parents (surtout les trentenaires, qui passent devant votre stand les yeux scotchés sur le portable et qui ne répondent à votre Bonjour) écartent leur progéniture de la table ou impose un choix : "si tu veux ton jeux vidéo ou ta tablette à Noël, c'est non pour un livre" (paroles entendues et certifiées conformes). Quand j'animais des ateliers d'écriture dans les écoles primaires, pour ceux que je suivais sur plusieurs séances, j'offrais à la fin de mon intervention un roman aux élèves : quel plaisir de recevoir ce présent, pour certains il était leur premier livre. 

Dans mon livre, j'évoque l'intérêt de la lecture entre mon époque et les nouvelles générations. Je partage les stratégies de communication différentes et évolutives pour chacun de mes livres.

Avec l'arrivée des réseaux sociaux, des blogs...la communication a beaucoup évolué, positivement ou négativement. Quand j'ai commencé les blogs arrivaient sur internet. A chaque parution, il faut se renouveler, trouver sa cible et communiquer intelligemment.

DSCN0388

Posté par bookclub12 à 14:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dan O'Brien "Les bisons de Broken Heart"

C'est la réalisation d'un rêve, qui se réalise, celle d'un écrivain américain, Dan O'Brien, qui s'installe au pied des terres indiennes de Sitting Bull, dans le ranch de Broken Heart.

A l'écoute de la nature, Dan O'Brien veut rétablir l'écosystème originel de ses terres et veut ramener des bisons dans les Grandes Plaines.

Ce récit magnifique est un bel hommage à la faune et la flore américaine détruit par la mécanisation agricole, le rendement. Dan O'Brien se bat, crée, fait évoluer les mentalités face à la réalisation de son grand projet et à la survie de celui-ci.

La description des paysages, de la vie, du travail quotidien dans un ranch est palpable. Il démontre que la volonté et la détermination, les combats amènent à la réussite du projet que l'on se fixe. Dan O'Brien nous entraîne dans l'empreinte de ses pas, dans ses interrogations, ses joies et ses doutes.

Un beau voyage au coeur des Grandes Plaines de l'Amérique, où la vie des éléveurs est courageuse et bien réelle.

Dan O'Brien, Les bisons de Broken Heart. Traduit de l'américain par Laura Derajinski. Folio, 2019 (pour la présente édition). 428 pages.

LES BISONS

Posté par bookclub12 à 09:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Joyce Carol Oates "Les chutes"

"Les Chutes exerçaient néanmoins un charme maléfique,

qui ne faiblissait jamais"

La vie d'Ariah Littrell bascule an matin de ses noces quand elle s'aperçoit que son mari s'est jetté dans les Chutes du Niagara, tumultueuses et enivrantes. Pendant une semaine elle va attendre au bord du gouffre que son corps lui soit rendu. Quelques semaines plus tard, elle épouse Dirk Burnaby, avocat, qui se trouvait à ses côtés pendant cette attente douloureuse et résignée...Devenue mère de famille, professeur de piano à ses heures, elle ne s'intéresse pas à la vie professionnelle de son mari. Et puis tout bascule de nouveau...

Joyce Carol Oates dissèque la vie d'Ariah, sa personnalité et dresse des portraits très détaillés des personnes qui gravitent autour d'elle : ses époux, ses enfants, ses parents et la famille de Dirk.

J'aime la plume affutée de Joyce Carol Oates car elle va au plus profond des êtres, bien au-delà des failles et des faiblesses des personnages. Elle nous amène, petit à petit, à comprendre pourquoi la vie de chacun peut basculer.

Là, on s'interroge aussi sur l'emprise de l'eau, sur l'attirance que peut susciter les Chutes du Niagara, sur des êtres fragiles. Vous êtes-vous déjà posé en tête-à-tête, face à une cascade d'eau, face aux vagues déchaînées qui s'écrasent contre les rochers des falaises ? Vous sentez votre être se rapprocher du bord, attiré par la puissance de l'eau, par son ensorcèlement.

La résignation d'Ariah sur "l'état" de sa vie mesure sa peur, sa tristesse, sa colère d'avoir au dés le début de son existence une vie décevante qui lui empêcherait pendant toutes ces années d'être heureuse. Elle s'interdit la joie, même celle d'être mère.

Joyce Carol Oates sait écrire sur ces femmes et ces hommes égratignés par la vie malgré les efforts pour la rendre meilleure. Elle offre une écriture profonde à ce roman récompensé en 2005 par le Prix Fémina étranger, un travail brillant d'écrivain.

Avec Virginia Woolf et George Sand, Joyce Carol Oates est également MA référence dans l'écriture et la lecture.

Joyce Carol Oates, Les Chutes. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Claude Seban. Préface de Lola Lafon. Editions Points, 2020. (552 pages)

LES CHUTES

Posté par bookclub12 à 09:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 février 2021

De nouvelles rubriques sur ce blog !

Une nouvelle année amène souvent des résolutions, de nouveau projet...pour ce blog, je vais rajouter des publications sur mes lectures et ma vie de lectrice qui se trouve être aussi importante que celle d'auteur.

Ainsi ce blog va regrouper tout ce que j'aime et ce que je veux partager avec vous. En deux mots : Mon Univers.

J'espère que vous apprécierez le voyage...

DENNIS PERRIN 1950

Photo : Tableau de Denis Perrin, 1950

Posté par bookclub12 à 16:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Book Club Belfond du Dimanche 31 Janvier 2021

Depuis deux ans, je participe régulièrement au Book Club du Cercle Belfond sur la page Facebook dédiée à ce rendez-vous. Les lectrices/lecteurs qui ont lu le roman défini répondent aux questions de Carine, et chacun peut échanger, commenter le commentaire d'une personne.

C'est intéressant de voir comment les autres ont perçu l'histoire car notre ressenti n'est pas le même, nous percevons le livre différemment. Cela s'appelle la sensibilité de lectrice...

Comment je prépare ce Book Club ?

Dès que j'ai connaissance du roman et de la date, je tente le concours organisé par Carine à chaque book club, elle permet à dix participantes de recevoir le livre. Pour celui-ci, consacré au dernier roman d'Emily Elgar "Quelques battements de coeur", j'ai reçu un exemplaire. Si je ne gagne pas, j'envoie un mail à mon libraire indépendant pour qu'il me le commande et je vais le chercher à sa boutique (je ne fais aucun achat de livres par internet).

Quinze jours avant le rendez-vous, je lis, je prends des notes à chaque fin de chapitre (comme je le fais pour TOUTES mes lectures).

Quand je referme le livre, j'attends quelques jours avant de répondre aux questions qui se trouvent à la fin du roman, pour préparer le Book Club, cela me permet d'affuter au mieux mes réponses.

Je jour J, je réponds, je commente, j'aime, les avis des autres participants.Pour celui-ci, je suis venue à 14h pour donner mes réponses, pour aimer, commenter. Puis, je suis revenue à 16h car l'auteur était présente, elle répondait à nos questions et j'ai trouvé ce moment vraiment sympa.

J'aime beaucoup ce moment de partage et d'échange autour d'un livre, dans ma campagne je n'ai pas ce genre de rencontre.

Et vous, chères lectrices et chers lecteurs, participez-vous également à un Book Club sur les réseaux ou à un club de lecture dans une bibliothèque près de chez vous ?

BOOK CLUB