Quand j'ai sorti mon premier livre en 2007, je n'ai aucunement cherché d'éditeur car je voulais, dés le début de mon aventure, maitriser toute la gestion de cet ouvrage. L'autoédition s'est présentée à moi, elle proposait l'indépendance et la liberté de mener ma barque en tant qu'auteur.

A mes débuts, les réseaux sociaux et les livres numériques n'existaient pas. Les premiers permettent de communiquer plus largement (mais pas forcément efficacement) et les seconds ont permi à une ribambelle de personnes de se déclarer "auteur" en publiant des romans vendus à moins d'un euro !

Quand j'ai commencé, les auteurs indépendants que je croisais, étaient animer par la passion des mots et ils travaillaient d'arrache-pied pour offrir un récit ou un roman impeccable. Aujourd'hui, certains sont dans le même bâteau que nous par effet de mode, ils n'inventent rien car ils s'inspirent d'histoires déjà composées et à part parler d'un auteur-phare dans leur genre littéraire ou du nombre de followers, ils ne connaissent pas grand-chose des grands écrivains. Ils s'entourent d'entreprises qui proposent des packages pour la publication/communication, ils fréquentent une célèbre plateforme de vente en ligne et "publient" des livres très souvent -que-numériques tous les six mois ! Ils sont avant vendeurs plus qu'auteurs.

Malgré toutes ces évolutions, je poursuis ma passion pour l'écriture mais je ne suis plus impatiente en sortant un livre par an. Je prends, dorénavant, le temps de composer, de corriger et de présenter un livre qui me rend heureuse. J'ai même pensé arrêter les publications car les salons ne m'amusent plus (car les conversations tournent sur les chiffres de ventes, sur les manifestations à démarcher et sur les réseaux sociaux).

Je reste dans la vague purement littéraire, je vais là où la lecture est valorisée, aimée où les lectrices/lecteurs aiment partager, échanger.

Je ne suis pas "auteur.com" qui passe son temps sur les réseaux pour une communication de ventes quotidienne. Je préfère écrire loin des écrans.

L'autoédition m'apporte la liberté d'exister en tant qu'auteure, d'écrire ce que je veux sans suivre un effet de mode, de prendre le temps pour travailler, composer.

Les deux moteurs de ma vie sont l'écriture et la lecture mais, si la flamme qui scintille en moi s'éteint je ne continuerais juste pour moi tant que je le peux.

L'autoédition est un vent de liberté qui oscille entre tempête et acalmie, pour une indépendance créative.

COUV UNE PAGE