D'habitude à la fin de ce premier mois de l'année, mon agenda est rempli de salons pour le premier semestre et parfois même pour le second. A ce jour, une seule date est fixée en septembre mais tout dépendra de la situation.

Je poursuis mon projet d'écriture en effectuant des lectures, en prenant des notes pour ordonner la matière qui m'aidera à composer.

Je travaille également sur la refonte totale de mon premier polar, sorti en 2014 : Je voulais sa peau...et celle des autres. Réécriture du texte, changement de couverture, de titre. Comme j'ai repris toutes les clés de mon activité il faut redonner une nouvelle vie à ce roman.

Je participe également à un recueil de nouvelles qui sortira en Décembre 2021, avec pour thématique des textes "Le handicap", les ventes seront reversées à une association.

Je me forme et m'informe sur la vente de livres en format numérique, je me dis que cela pourrait améliorer ma visibilité et augmenter mes ventes. Mais, en même temps, je constate que beaucoup d'auteurs en autoédition publient à la pelle, parfois tous les mois. Je m'interroge sur la qualité des écrits ? Par quoi sont-ils vraiment motivés ? Ont-ils un statut déclaré ? Vendre est sûrement plus important que l'écriture elle-même. Certains de ces pseudos qui vous inondent de publicité sur les réseaux, ne vendent QUE des livres numériques, et ne font pas d'effort pour un livre broché quand on est réfractaire aux achats par internet, et, ne participent à aucune rencontre !

Je ne veux pas noyer mes livres dans la masse des plateformes de vente, je suis une vraie autrice qui prend le temps d'écrire, de composer des livres en fonction de mes sujets de prédilection et non en fonction de la mode.

Je vais proposer prochainement une version PDF de "Une page se tourne...", je pense que cela correspond plus à mes aspirations, à la façon dont je veux mener ma barque.

TASSE LIVRE