"La petite ville d'Ashford, en Cornouailles, est sous le choc : qui a pu assassiner Meg Nichols, mère célibataire et courageuse aimée de tous ?

Pire encore, quel monstre a pu kidnapper Grace, sa fille lourdement handicapée, sans emporter les médicaments qui maintiennent l'adolescente en vie ?"

Il n'existe pas de gens parfaits, ni très aimants, derrière cette belle image se cache souvent un secret, terrible pour ne pas dire inhumain. Le journaliste Jon Katrin le sait d'autant qu'il a rencontré les protagonistes de ce drame quelques mois auparavant.

Dès les premières pages, Emily Elgar nous plonge dans l'enquête, comme tout le voisinage, je veux retrouver Grace en vie, mais contrairement aux personnages, j'ai ce recul qui m'amène à m'interroger. Peut-être parce que je lis beaucoup de romans noirs, mais très vite en lisant le journal de Grace, je sais que la famille parfaite qui s'offrait au public n'était qu'une illusion.

Je ne vais pas vous dévoiler le dénouement que je trouve un peu tiré par les cheveux sur certains points, Quelques battements de coeur, reste un livre captivant qui nous invite à chaque fin de chapitre à lire le suivant car nous ne pouvons pas renoncer au nouveau rebondissement.

C'est le deuxième roman que je lis d'Emily Elgar, et je suis partante pour lire le suivant.

Emily Elgar, Quelques battements de coeur. Traduit de l'anglais par Marie Kempf. Editions Belfond, 2020. Collection Le Cercle Belfond

BAT COEUR