"Les Chutes exerçaient néanmoins un charme maléfique,

qui ne faiblissait jamais"

La vie d'Ariah Littrell bascule an matin de ses noces quand elle s'aperçoit que son mari s'est jetté dans les Chutes du Niagara, tumultueuses et enivrantes. Pendant une semaine elle va attendre au bord du gouffre que son corps lui soit rendu. Quelques semaines plus tard, elle épouse Dirk Burnaby, avocat, qui se trouvait à ses côtés pendant cette attente douloureuse et résignée...Devenue mère de famille, professeur de piano à ses heures, elle ne s'intéresse pas à la vie professionnelle de son mari. Et puis tout bascule de nouveau...

Joyce Carol Oates dissèque la vie d'Ariah, sa personnalité et dresse des portraits très détaillés des personnes qui gravitent autour d'elle : ses époux, ses enfants, ses parents et la famille de Dirk.

J'aime la plume affutée de Joyce Carol Oates car elle va au plus profond des êtres, bien au-delà des failles et des faiblesses des personnages. Elle nous amène, petit à petit, à comprendre pourquoi la vie de chacun peut basculer.

Là, on s'interroge aussi sur l'emprise de l'eau, sur l'attirance que peut susciter les Chutes du Niagara, sur des êtres fragiles. Vous êtes-vous déjà posé en tête-à-tête, face à une cascade d'eau, face aux vagues déchaînées qui s'écrasent contre les rochers des falaises ? Vous sentez votre être se rapprocher du bord, attiré par la puissance de l'eau, par son ensorcèlement.

La résignation d'Ariah sur "l'état" de sa vie mesure sa peur, sa tristesse, sa colère d'avoir au dés le début de son existence une vie décevante qui lui empêcherait pendant toutes ces années d'être heureuse. Elle s'interdit la joie, même celle d'être mère.

Joyce Carol Oates sait écrire sur ces femmes et ces hommes égratignés par la vie malgré les efforts pour la rendre meilleure. Elle offre une écriture profonde à ce roman récompensé en 2005 par le Prix Fémina étranger, un travail brillant d'écrivain.

Avec Virginia Woolf et George Sand, Joyce Carol Oates est également MA référence dans l'écriture et la lecture.

Joyce Carol Oates, Les Chutes. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Claude Seban. Préface de Lola Lafon. Editions Points, 2020. (552 pages)

LES CHUTES