Dans un chapitre de mon livre, je relate les différentes rencontres avec mes lecteurs et les auteurs, avec des anecdotes, des conseils glanés au fil des années. Tout cela a forgé mon expérience...

Ma première dédicace se déroulait en janvier 2008 au rayon librairie du magasin Cora à Evreux (27). Je voulais présenter "Le Cirque : Une Passion, une Vie" dans ma ville natale, là, où la décision d'être écrivain fut prise.

Je débarquais de Nîmes (30) avec ma valise remplie d'exemplaires, je m'étais dis qu'il y aurait du monde, que -peut-être- d'anciennes connaissances seraient venues me voir par curiosité, que ma famille viendrait me soutenir.

Ma marraine est venue. J'ai fait 5 ventes et de très belles rencontres. Je savais que je touchais un public particulier qui aimait le cirque et les histoires de transmission. Les articles de presse racontaient mon histoire...

Première leçon : Ne pas apporter une tonne de livre lors d'une dédicace. Si c'est votre premier roman, apportez une dizaine d'exemplaires. Si vous présentez d'autres livres, prenez-en cinq de chaque et dix pour la nouveauté.

Mon premier salon se déroulait à Chatel-Guyon (63) en août 2008. Nous étions 250 auteurs, avec aucune distinction entre les plumes connues et celles à la notoriété confidentielle. Une dizaine d'exemplaires de mon livre, des cartes postales à remettre aux lecteurs-acheteurs ou à ceux qui s'arrêtent pour se renseigner sur mon travail. J'avais envoyé un petit mot aux lecteurs potentiels, passionnés de cirque, qui vivaient dans la région pour les informer de ma présence.

Conseil (qui n'appartient qu'à moi) : Il n'est pas nécessaire de donner à tout-va des flyers ou des marque-pages car dans beaucoup de cas ils finiront à la poubelle. Ne mettez pas vos marque-pages ou cartes de visite en visibilité car certains profitent de notre absence pour les prendre et là aussi, il est très rare qu'avec vos coordonnées, ils vous contactent pour une vente ou un renseignement. Vous payez vos "outils" de communication, il est judicieux de les donner là où ils auront une nécessité.

Dans certains salons, les visiteurs viennent pour la balade, ils ne regardent même pas les stands, c'est la sortie du dimanche. Heureusement, il y a des lecteurs qui se rendent dans les manifestations car ils aiment lire et échanger avec les écrivains.

Conseil 2 : Choisissez des évènements connus, inscrits dans le temps où la communication et l'organisation seront sérieuses.

Beaucoup de communes, d'associations cherchent à avoir son salon du livre, ils démarchent des auteurs sur d'autres manifestations, annoncent une belle journée...Puis pas de communication, parfois pas de repas et absence de bouteilles d'eau (je n'exagère pas, c'est du vécu !).

J'ai appris à repérer les amoureux du livre et ceux qui organisent un salon pour l'image de l'organisateur, avoir un petit article dans la presse locale.

Conseil 3 : Quand la date approche, il faut préparer : son stock de livres, les marque-pages, des présentoirs, une nappe repassée, des stylos, un carnet pour noter correctement les prénoms de vos lecteurs, une feuille de vente, la caisse avec un fond de monnaie, vos cartes de visite (pour les bibliothèques ou les organisateurs de manifestations littéraires), des sacs en papier.

Conseil 4 : Porter une tenue correcte. Ne pas arriver en retard. Ne pas partir avant la fin car c'est un manque de respect envers ceux qui préparent cette journée depuis des mois. Rester courtois avec les autres écrivains...

Je donne ces conseils par expérience vécue. Depuis 2008, beaucoup de choses ont évoluées dans les comportements, ils restent encore de belles surprises mais le monde vit dans le paraître, le culte de l'image et du gain. La passion pure, de l'écriture a perdu de son charme, j'ai réduit mes participations. Au début, je travaillais 3 à 4 week-ends par mois, maintenant je fais une ou deux manifestations par mois...

Dans mon livre, je raconte un salon dans le Sud où les organisateurs nous ont ouverts la salle le matin, puis personne jusqu'à la fermeture le soir et que 3 visiteurs. Nous étions livrés à nous-mêmes. J'évoque aussi un écrivain qui vient en survêtement dédicacer ces livres cornés, jetés sur la table et que tu croises au supermarché en costume-cravate...Vous aussi vous aurez vos anecdotes, vous vivrez des désillusions et de belles rencontres...

COUV UNE PAGE